Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce poème est extrait du troisième recueil de poésies publié par Ruben Saillens, "Sur les Ailes de la Foi", imprimé en 1921 (le titre de ce recueil a été repris, quelques années plus tard pour un recueil de cantiques qui a connu jusqu'à ce jour une très longue carrière).

 


I

 

L’Humanité déchue était jadis pareille

À quelque voyageur égaré dans la nuit :

Le bruit le plus léger que perçoit son oreille,

Un rameau de bois mort tombant derrière lui, 

 

Lui donnent le frisson des choses inconnues ;

Il avance en tremblant comme dans un tombeau,

Car les astres amis se sont voilés de nues,

Et des souffles d’orage ont éteint son flambeau. 

 

S’il marche, il va rester au fond des précipices,

Et s’il s’arrête, un froid mortel le saisira…

Ah ! par pitié, brillez, astres propices,

Aux yeux du voyageur, qui, sans vous, périra ! 

 

Le ciel entend ses cris ; perçant ses sombres voiles, 

Mille lampes d’argent scintillent dans la nuit ;

L’homme, alors, le regard levé vers les étoiles,

En attendant le jour, voit sa route, et la suit.


II

 

Cette nuit, que la peur emplissait de fantômes,

Cette nuit du péché, dérobait à nos yeux

La beauté de la terre et la splendeur des cieux.

Et ce flambeau, c’était la sagesse des hommes :

 

Flambeau qui vacillait près du gouffre béant,

Jetait au vent du doute une dernière flamme

Et mourait… Le mystère enveloppait notre âme,

Et l’immortalité n’était que le néant.

 

Plus même que la mort, la vie était funeste,

Car est-ce vivre, ô Dieu, que d’errer loin de toi ?

C’est alors qu’apparut à la naissante Foi

Ta Parole, Seigneur, ta lumière céleste ! 

 

Comme on voit, un par un, briller au firmament

Les clous d’argent dont la beauté des nuits est faite,

La Révélation, prophète après prophète,

Dans notre ciel obscur se leva lentement.


Même confuse, éparse, inachevée encore,

Elle montrait la voie aux hommes égarés.
Vous n’étiez pas le jour, écrivains inspirés,

Mais vous étiez déjà des promesses d’aurore !

 

Vous avez précédé l’Etoile du matin

Qui parut, et brilla plus que vous tous ensemble.

Et bientôt se fondra votre rayon qui tremble

Dans le jour qui se lèvre, à l’orient lointain !

 

III

 

Brillez encor, pures étoiles,

Puisque ce jour tarde à venir !

Sur le présent, sur l’avenir

L’erreur étend toujours ses voiles, 

 

Cependant que l’humanité

Marche aux lueurs d’un incendie,

Et, par ces flammes éblouie,

N’aperçoit pas votre clarté ! 

 

Brillez sur l’âme criminelle !

Jusqu’aux gouffres les plus profonds

Faites naître, par vos rayons,

L’espoir de la Vie éternelle !

 

Eclairez tous ceux que séduit 

L’éclat d’une science vaine,

Feu follet, lumière incertaine

Qui rend plus sinistre la nuit ! 

 

Consolez ceux pour qui la terre

N’a que des moissons de douleurs !

Que leurs regards, voilés de pleurs,

Voient par vous le regard du Père ! 


Sans vous, d’horreur environnés,

Beaucoup sont morts avant l’aurore.

Pour ceux qui veulent vivre encore,

Pages divines, rayonnez !

 

IV

 

Comme avant de les voir disparaître, on salue

Les constellations qu’efface le soleil,

O Livre, quand viendra l’heure du grand Réveil,

Quand la foi, pour toujours, fera place à la vue, 

 

Nous te dirons : « Adieu, toi qui fus la clarté

De notre nuit d’erreur, d’impuissance et de crime ;

Toi qui nous apportas le message sublime

De la rédemption et de la sainteté !

 

Jésus-Christ, le chemin, la vérité, la vie,

O Bible, par toi seule est venu jusqu’à nous !

Heureux qui t’a sondée humblement, à genoux,

Et, voyant ta lumière, humblement t’a suivie ! 

 

C’est par toi, Livre saint, que Dieu s’est révélé !

Si nous n’avons pas vu le fond de ton mystère,

C’est qu’il est impossible aux enfants de la terre

De vivre à sa splendeur, s’Il ne reste voilé ;

 

Mais l’ombre, grâce à toi, cessa d’être effrayante ;

A l’âme qui cherchait la paix et le salut,

Tu ne montrais pas tout, mais tu montrais le but !

Tu fis la vie heureuse et la mort souriante.

 

Maintenant que le jour resplendit sur nos fronts,

Que, conduits par degrés à la pleine lumière,

Nous voyons l’Eternel dans sa gloire première,

Dans les siècles sans fin jamais nous n’oublirons 

 

Que tu nous a montré le sanglant sacrifice,

Le Dieu qui, pour punir et sauver à la fois,

Se fit homme et mourut, unissant sur la croix

Les rayons de sa grâce aux feux de sa justice ! »

Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0